Reimonenq

Mise en activité depuis 1916 sur la commune de Sainte-Rose, la distillerie Reimonenq tient son nom des fondateurs de l’habitation, famille d'origine finlandaise s'étant réfugiée en Guadeloupe.

Léopold Reimonenq la reprend en 1959. Victime d’un court-circuit, l’usine partit en fumée en 1969. Après la reconstruction et la modernisation de l’établissement suivirent les cyclones David (1979) et Frédéric (1980) qui empêchèrent la récolte de la canne à 11 mois d’intervalle.

Léopold réalise, avec l'expertise d'ingénieurs français, une double colonne créole à 4 fonctions, équipée de plateaux à clapets couplée à une colonne de dégazage. Elle est "unique en caraïbe et peut-être dans le monde" selon son propriétaire. Sa spécificité est de chauffer le vesou fermenté de manière indirecte, grâce à un serpentin échangeur séparant l’alcool du "vin". L’utilisation de cet échangeur thermique a pour but de contrôler totalement les températures lors de la distillation et, par là, d’éliminer les esters de mauvais goût.

Grâce à tous leurs efforts pour améliorer sans cesse la qualité de leur production, les propriétaires des lieux décrochent la première médaille d'une longue série: l'Or au Salon de l’agriculture de 1985 pour leur rhum blanc agricole. En 1989, l’exploitation agricole se diversifie avec la création du Musée du Rhum.

La liste de leurs récompenses dûment méritées s'allonge dès 1996 avec leurs rhums vieux et liqueurs spéciales.

Afficher tous les 9 résultats